Blogue de Tonkigirl

  • Tonkigirl

La dominance et la soumission chez le chat: un mythe tenace

Dernière mise à jour : 19 août


Le chat, tout comme le chien, est souvent accusé d'être dominant ou soumis envers ses humains ou même ses autres compagnons poilus. Voyons ci-dessous pourquoi la dominance et la soumission chez le chat sont désormais des concepts infondés qui n'amènent que de mauvaises interprétations quand ils sont utilisés comme justification d'un comportement.

La dominance et la soumission du chat envers l'humain

Aussi surnommé le principe de l'alpha, le principe de la dominance et de la soumission chez le chat vis-à-vis de l'humain est un mythe malheureusement encore tenace auprès des propriétaires d'animaux et chez certains intervenants en comportement canin et félin qui ne sont pas à jour dans leurs connaissances. La dominance et la soumission chez ces espèces vis-à-vis de l'humain sont pourtant des concepts désormais révolus, car ils sont inapplicables entre un humain et un chat ou un chien. Effectivement, pour dominer ou soumettre quelqu'un la présence d'une hiérarchie au sein de l'espèce est vitale. Toutefois, cette hiérarchie existe uniquement entre les membres d'un groupe social de la même espèce, car chaque espèce convoite des ressources différentes et veut combler des besoins différents.

Un nouveau vocabulaire plus éthique à employer

Le moment est venu de laisser de côté le vocabulaire indiquant la présence du concept de domination et de soumission lors de nos interactions avec nos compagnons poilus. Nous ne dominons ni ne soumettons nos animaux à nos commandements. Vaut mieux dire que nous entrainons et éduquons nos animaux pour qu'ils effectuent nos demandes, et ce, parce qu'ils en ont envie. Il est aussi préférable de se dire ami, adoptant ou propriétaire d'un animal plutôt que de dire que nous sommes leur maître, leur alpha, leur chef de meute ou leur supérieur.

La dominance et la soumission entre des chats

En ce qui concerne la dominance d'un chat vis-à-vis d'un autre chat, il s'agit plutôt d'une formulation erronée, qui est encore souvent utilisée pour décrire deux chats convoitant simultanément une même ressource et qu'un des chats l'obtient en premier. Ces ressources peuvent notamment être la nourriture, l'eau, des jouets ainsi que l'accès à des lieux en hauteur, à des endroits où se reposer et des lieux d'élimination.

Par exemple, si on voit deux chats désirant une assiette de thon, que l'un des deux semble prendre "toute la place" et qu'il finit par manger tout le thon à lui tout seul après avoir donné un coup de patte à l'autre chat, bien des propriétaires diront que le chat rassasié est le dominant et que l'autre chat est le soumis. Or, la formulation appropriée à dire est que le chat qui a mangé toute la canne de thé est simplement plus motivé à avoir cette nourriture que son congénère félin, car il est prêt à faire plus d'efforts que lui pour avoir cette ressource.

Un autre comportement souvent perçu par les propriétaires de chat comme indicateur de la présence de la dominance et de la soumission chez l'espèce est quand ils voient deux chats jouer ensemble, notamment quand un embarque par-dessus l'autre et que l'un semble jouer plus "férocement" que l'autre. En réalité, quand des chats font ce geste ou se courent après, en affichant un langage corporel de jeu bien sûr, aucun n'est le soumis ou le dominant dans l'histoire. En effet, vous constaterez que deux chats qui s'entendent bien vont jouer ensemble en inversant régulièrement le rôle du poursuivant et du poursuivi, et aussi de qui embarque par-dessus qui. C'est comme quand des enfants jouent à la tague : il ne s'agit pas d'un jeu où le poursuivant vise à dominer les poursuivis, mais bien d'un jeu où tout le monde ne cherche qu'à s'amuser à sa façon.

Une espèce solitaire, mais capable de s'organiser socialement

Bien que ce soit une motivation plus forte qui pousse un chat à obtenir ce qu'il veut avant son congénère, les chats sont capables de faire des "compromis" entre eux, afin de déterminer qui a accès à quelle ressource et quand. De plus, comme mentionnée précédemment, une hiérarchie au sein de l'espèce serait nécessaire pour qu'un chat puisse faire preuve de dominance ou de soumission envers un autre chat. Rappelons qu'une hiérarchie existe uniquement entre les membres d'un groupe social de la même espèce. Or, puisque le chat est une espèce de nature solitaire, il ne s'agit pas d'une espèce possédant une hiérarchie.

Il est important de spécifier que cela ne fait pas du chat un animal incapable de vivre paisiblement en groupe. Au contraire, quand plusieurs chats vivent dans une maison où il y a suffisamment de ressources et d’installations pour combler les besoins vitaux de chacun (nourriture, eau, lieux d’élimination, aires de repos et de jeu, endroits en hauteur), ils développent alors des « contrats de négociation » entre eux. Ceux-ci déterminent quel chat peut accéder à une quelconque ressource et à quel moment il pourra le faire pour que cela convienne à tous. Ils sont donc capables de s’organiser socialement pour que tout le monde y trouve son compte et qu’il y ait moins de conflits.

107 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout